Sélectionner une page

Communiqué de presse de François Paradol, délégué départemental du Rassemblement National du Val-de-Marne

A Vitry-sur-Seine, plus d’une centaine de migrants sont en train d’être installés dans l’ex-collègue Gustave Monod, sur demande du Préfet. A Saint-Maur, enfants et associations sportives ont été subitement mis à la porte du gymnase Gilbert Noël, là aussi pour faire de la place pour une centaine de migrants.

Comme récemment à Vincennes ou encore Nogent, et ainsi dans de nombreuses communes françaises, les Français sont contraints de faire place nette pour l’installation forcée de « demandeurs d’asile » qui sont, en réalité, pour l’immense majorité, des migrants économiques arrivés clandestinement dans notre pays, et qui n’ont donc rien à y faire.

A Vitry, le maire communiste et immigrationniste Jean-Claude Kennedy est bien évidemment ravi, malgré les vives protestations de nombreux riverains, déjà excédés par la submersion migratoire et la tiers-mondisation que subissait leur quartier. A Saint-Maur, Sylvain Berrios, maire LR, « prend acte » mollement et se soumet au diktat de la Préfecture, abandonnant lâchement ses administrés. Nous lui rappelons que ses amis députés européens LR ont voté à Bruxelles en faveur de la dissémination des migrants !

Cette préférence étrangère et ces moyens indécents mis à disposition de clandestins par l’Etat macronien, sans aucune information ni concertation avec les habitants, et alors que nombre de nos compatriotes souffrent de mal-logement et de pauvreté, est insupportable.

A l’échelle nationale, les prochaines élections européennes seront l’occasion pour les Français de dire avec force « basta ! » à cette submersion migratoire organisée, comme l’ont déjà fait récemment les Italiens en portant au pouvoir nos alliés de la Lega.

A l’échelle locale, les Maires concernés, qu’ils soient communistes ou « Républicains », qu’ils applaudissent ou se soumettent sans broncher, devront rendre des comptes lors des élections municipales à venir.